elle est toujours un peu à l'ouest

23 novembre 2014

Djeunesse part II

Je vous sens à fond avec moi sur le coup de la djeunesse alors je continue. Là, dois vraiment être mauvaise, parce que même Moumouche n'a laissé aucun commentaire. Alors qu'elle en laisse toujours un quand personne ne dit rien, parce qu'elle a peur que je sois malheureuse. Mais là, rien. M'en fous, je m'obstine. C'est mon côté Monica Geller.

Djeunesse part II donc. Demain, c'est lundi, on retrouve les ados, c'est chouette, on aura plein de choses à se raconter. On n'a pas eu le temps de débriefer la sortie au tribunal, c'est vous dire si on va avoir des choses à se dire. J''aime bien la vision de la justice des ados. Pol Pot à côté c'est mère Thérésa. Faites leur écrire le règement intérieur et c'est le rétablissement des châtiments corporels au milieu de la cour.

Mais demain, je retrouve aussi les stagiaires. Qui sont là encore une semaine. Déjà... qu'on veuille être prof aujourd'hui quand on a 22 ans, je trouve ça louche. Je dois bien l'admettre, je ne pense pas que  je sauterais de joie si un des gnauds venaient à m'annoncer ça. J'dis ça, mais je suis quand même bien dans la merde, puisque la gnaude aînée veut être commédienne (pire, elle dit être intéressée par tout ce qui touche au spectacle vivant... eurk, suée froide, ma fille à Aurillac avec des punks à chien) le gnaud second se voit ingénieur dans l'aéronautique (petit renvoi de bile... mon fils au volant d'une voiture rouge achetée avec son premier salaire) la gnaude cadette a abandonné l'idée d'être femme de ménage pour être archéologue... parce qu'elle aime bien nettoyer avec un pinceau.

Les berniques stagiaires sont... curieux. Ils écrivent tout un tas de choses au fond de la classe. Passent des tonnes de messages avec leur portable, mais sous la table, des fois que comme ça, ça passe inaperçu. N'ont jamais la moindre question à poser. Ont l'air tellement... calmes... je suis sûre que quand ils commenceront à travailler, ils feront signer des contrats de classe à leurs élèves, feront des fiches d'objectif. Seront incollables sur les compétences et les programmes.

Et là vous me dites que je suis mauvaise comme la galle. C'est pas faux. Allez, je vous tiens au courant, si ça de trouve, ça va être une semaine pleine de fantaisie !

Posté par athens à 22:52 - Commentaires [7] - Permalien [#]


22 novembre 2014

La djeunesse

Avec la liste anti DDA que j'avais annoncée la dernière fois, j'avais bien le droit de faire une pause. Je me permets aujourd'hui un hors-sujet. Ah ah ah ah ah parce que maintenant j'ai le droit de faire des hors sujets. Ca ne me vaudra pas un 5 à ma dissert. ( A part ça je n'ai pas été le moins du monde traumatisée par les années de prépa et de concours...)

Hors sujet donc, et peut être même début d'un feuilleton, parce que je n'ai aucune idée du plan que je vais adopter (je suis à mort dans la transgression ce soir) et que je risque de ne pas finir ce soir. Parce qu'on va au ciné, il professore et moi, voir Qui vive, avec le beau le très beau Réda Kateb. Oui, je sais c'est un peu chiant de me lire parce que je change tout le temps de sujet...

Allez, la djeunesse donc. J'ai toujours eu un rapport un peu particulier à la djeunesse. Je précise, quand j'étais djeune, je ne me sentais pas vraiment en phase avec mes pairs. J'étais plus à l'aise avec les plus vieux ou les plus jeunes, pardons, plus djeuns. J'ai pas "gavé aimé" mes 20 ans. pas trop trop mes 25. A 30 ça commençait à aller mieux. Et là, à quasi 42 je voudrais que ça s'arrête. Là maintenant.

J'avoue (qu'est-ce qu'ils m'ennervent mes élèves quand ils disent ça... on a fait un jeu, maintenant, en classe, ils doivent dire "je'l'confesse" ils adorent) j'adore travailler avec des ados. Cette djeunesse là me touche, m'amuse, m'agace, m'émeut et me fait vraiment rire. Mais attention, ça ne concerne que les djeun's djeun's. Ceux qui oscillent dans la même heure entre le petit et le grand. Qui m'inventent des trucs absolument insensés, qui sont les champions toute catégorie de la mauvaise foi. Qui rient et qui pleurent.  Entre 13 et 16 ans. Après trop tard.

Après, ça devient des vieux djeun's. Comme les stagiaires qui squattent le fond de ma classe pendant 2 semaines. DEEEEEEUUUUX semaines. Genre 14 jours quoi. J'vais mourir. D'une mort certaine. ET cruelle. Et personne ne se souviendra de moi. A jamais.

Posté par athens à 19:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Je ne sais que choisir...

1- Je vais chercher ma commande à la ruche qui dit oui et il y a de la bière rousse dans cette commande.
2- J'ai réussi à me coudre une robe pas dégueu.
3- Elle est même très jolie en fait.
4- Demain c'est vendredi et on fait un concert avec mes amis de la fanfare.
5- Il a fait très très beau aujourd'hui.
6- J'ai trouvé un kiné qui me fait souffrir le martyr, mais qui est en train de.... soigner la tendinite qui me pourrit la vie depuis 2 ans....
7- Grâce au kiné, je fais plein d'étirements, je deviens souple comme une ballerine, je ne me donne pas deux semaines pour faire des entrechats avec grâce !
8- En parlant d'entrechats, je vais voir Hamid Ben Mahi la semaine prochaine.
9- J'ai même envie de m'inscrire à l'atelier danse que propose le TNBA.
10- Demain midi, c'est falafels (comment ça tu peux pas Mathilde ???)
11- Mon beau père, ce héros, est allé au front à la braderie des petits hauts et a déniché deux coupons de la muerte.

Bon, le n°11 me suffirait à tenir un mois entier, mais le reste vaut le détour non ?

 

IMG_20140806_112515
Jacques-le King-Mélac, Jouques, août 2014 !

Posté par athens à 18:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 novembre 2014

la qualité "Françaèèèse" Madame !

Ce soir encore, du fastiochissime sur le font de la lutte active anti-DDA. Ce soir, c'est soirée télé ! Et qu'est-ce qu'il y a à la télé pour que ça me mette de bonne humeur ? Hein ? Du chaud bouillant, de la paillette, du glam  : la nouvelle saison d'un village Français !

Voui voui voui, vous ne rêvez pas... Si mes souvenirs sont exacts, on devrait se retrouver en 1943 ou 44, et le maquis se trouvait dans un sale état. Bon, je vous désole, je le vois bien, vous n'osez rien dire. C'est que, en matière de série, je suis très qualité française, pardon françaèse. Et que j'ai loupé tout le reste. A la ramasse toute. Même pas commencé the wire qui attend depuis 6 mois (mais qui ne paie rien pour attendre). Game of throne, non plus. Machin truc abbey, wallou.

La dernière série sur laquelle gravissime craqué, c'est Kaboul Kitchen. J'aurais pu, et ce n'est pas une image, rester jour et nuit devant la télé. Tout est parfait. Simon Abkarian y est fabuleux. Gilbert Melki encore plus. Et je ne sais pas à quoi ils ont carburé en écrivant les dialogues, mais je veux la même chose à Noël. Les répliques du général Amanullah... Rien que d'y penser j'ai presque oublié les trucs terribles vus sur IG ces derniers jours : des calendriers de l'Avent... Faits main. Naaaaaaan mais nan nan nan quoi. N.A.N. Tiens, dans cette situation, je me permets de citer une réplique culte de Kaboul Kitchen : ça craint du cul !

Venons en à un village Français. J'aime bien, parce que ça parle à mon moi-de-prof-d'histoire-cucul-la-praloche, pas la peine de tourner autour du pot. Je ne m'en vante pas franchement en salle des profs (je ne me vante pas de grand chose en salle des profs d'ailleurs) ni ailleurs. Alors pourquoi ça me plaît... Je crois que c'est le mètre étalon de la soirée télé qui fait du bien. Parce que j'aime bien le toubib qui a changé son fusil d'épaule depuis le début, j'aime bien que les communistes se les pèlent dans la forêt, que le collabo ait une authentique tronche de salopard... Et vous c'est quoi votre soirée télé pref de pref ? Allez, je vais surveiller mon gratin de topinambours, on serait mal si ça cramait, je suis un peu raide en tickets de rationnement... Tschüss !


Non mais Gilbert Melki quoi !

Posté par athens à 18:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 novembre 2014

Pouët Pouët Ploum Ploum (on n'est pas impunément bercée par les Four Tops)

Ce soir, argument anti DDA en or massif incrusté de diamants avec pleins de carrats ! Ce soir, comme tous les lundis soirs, c'est fanfare ! La soirée qui file la patate pour toute la semaine. Y'en a c'est zumba, moi c'est fanfare.

Et qu'est-ce que je fais à la fanfare me demandez vous ? De la flûte traversière mes petits amis. ( Comme Alain Chabat dans le goût des autres rajouterait mon amie Nathalie). Je vous vois sourire en vous demandant comment on peut m'entendre entre les trombones les trompettes et le baryton... C'est que la flûte est trèèès importante dans une fanfare voyez vous. Et comme les morceaux que l'on joue sont très bien écrits, on nous entend, mon collègue flûtiste et moi.

Mais je vais dire en cachette (ben oui y'a personne, profitons en, tout le monde est sur IG) c'est que je vais y prendre ma dose de cuivre. Aucun rapport avec une cure de micro-éléments qui me protègeraient des cochonneries de l'hiver, pour ça, il y a la gelée royale. Non, quand je parle de ma dose de cuivre, je parle justement des trompettes et de trombones. J'adore. Je vibre. Je moonwalke dans ma tête. Je Mickaeljaksonne pas mal. Je Franckievallis aussi. Je Gloriagaynore... Bref, je m'amuuuuuuse !

Alors pourquoi flûte-je demandez vous ? Parce que la flûte c'est beau. En théorie au moins. Et que je suis trop feignante pour me mettre à autre chose. Et que je le sais très bien. Si je me mets au trombone, je suis une femme finie. Je risque très certainement de basculer du côté obscur. Et de me prendre pour Trombone Shorty.

Tout ça c'est à cause de la Reine mère. Qui m'a élevée dans le culte des Four Tops et d'Ottis Redding. Mon oncle (le frère de la Reine mère si vous suivez bien) quant à lui ne s'est jamais remis du concert de James Brown à L'Olympia en 1966. Quand on y fait un peu attention, on se rend compte qu'il termine certaines de ses phrases par "Good God"... Bref, faites sonner des cuivres autour de moi et je ne réponds plus de rien. Je souris bêtement. J'ai chaud. Je me sens immédiatement très très bien et j'ai envie de repartir en Géorgie...

See y'all

Posté par athens à 19:06 - Commentaires [13] - Permalien [#]



16 novembre 2014

Jgling jgling jgling !

Ca y est... On est le 16 novembre, mais ça y est... Je les entends déjà les clochettes des lutins. Allez, je ne fais pas de coup de "cette année c'est encore plus tôt que l'année dernière", mais merde quoâ... le 16 novembre.

Ca a commencé sournoisement pendant les vacances de la Toussaint. J'ai senti que quelque chose n'était pas comme d'habitude. Que je sentais quelque chose d'hostile. Bing. Mon instinct de grand fauve ne m'a pas trompé : à Aix en Provence les guirlandes étaient déjà accrochées. Même chose à Bordeaux : les guirlandes et les boules, sournoises toujours, à Monop'.

Et puis la semaine dernière coup de grâce sur instagram : j'ai VU des "gens" qui postaient des préparations de calendrier de l'Avent, et des décos de Noël. Très beau, très Caroline-Gomez-compatible, genre "bois-nude-céramique-crème-mon-moi-profond-est-scandinave". Ecoeurant de bon goût. Pas la peine de se voiler la face, comme dirait l'étudiante batave du Professore "Che zoui réalist'" : les hostilités sont lancées !

Les signes cliniques ne trompent pas : chute de cheveux, mains moites et déprimette. Accentués par la fébrilité croissante des gnaux (Alice a fait des cartes tout l'après midi... elle me provoque je le sais). C'est pas juste. On ne pouvait pas me laisser... je sais pas moi... jusqu'au premier décembre ? Là j'en prends pour un mois et demie de déprime pré-nowel...

la bonne nouvelle dans tout ça ? Ben c'est que, calendrier-du-très-longtemps-Avent oblige, je vais rebloguer tiens. Avec une mission cette année : trouver un truc qui console du DDA syndrom (syndrome de la déprime de l'Avent)... par jour. Je sais c'est beaucoup trop ambitieux pour mes petits moyens (et comme je n'y arriverai pas je me trouverai nulle et je pourrai chouiner muahahahahahahahah rire dément).

Alors aujourd'hui, le truc antin DDA c'est quoi ? J'en ai plein en poche, mais je dégaine celui là : je suis allée à la piscine à 11 heures, le bassin était noir de gens qui faisaient pipi dedans, mais je n'ai même pas trouvé ça glauque. Parce que j'ai nagé pour la première fois depuis deux mois. Et que ma cheville de vieille ne m'a même pas fait mal.

 

 

Posté par athens à 21:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 septembre 2014

Les vieux pots

En 2014, continuer à avoir un blog, c'est quasi vintage ! Il ne se passe pas grand chose par là, mais je n'imagine pas une seconde fermer cette page. Alors quand Angeline me tague (jamais su comment il fallait écrire ça...) je réponds présente !Let's go !

1 - Est-ce-que ça t'arrive de porter des chaussettes trouées et de te dire que tu t'en fous parce que personne n'est au courant ? Si oui, tu troues tes chaussettes plutôt au niveau du pouce ou du talon (ou ailleurs !) ?
Je ne porte JA-MAIS de chaussettes trouées enfin ! J'aurais trop peur que Moumouche soit au courant ! Et puis je voue un véritable culte aux chaussettes. Y'en a c'est la lingerie, moi ce sont les chaussettes. Que -pour répondre à la question- je troue uniquement au gros orteil droit. Et toc !

2 - Quels sont tes prénoms, les deux ou trois ? En es-tu contente ? Pourquoi tu t'appelles comme tu t'appelles ?
Catherine Elisabeth Noël. Catherine (ah non pas Cathy, Cath ou Cathou, je déteste les diminutifs) c'est parce que, pour me porter chance, mon père m'a donné le prénom d'une camarade de classe polonaise super méga intelligente qui avait des bonnes notes à l'école. Bon... en fait je m'en fous un peu. Elisabeth comme ma marraine la fée chérie... qui porte le même prénom que ma mère. Alllllôôô Sigmund ? Mon troisième prénom est celui que je préfère : Noël. Comme la fête. Sans "lle" à la fin. Parce que je suis née le 25 décembre.

3 - Raconte-nous un détail précis de ton rêve de vie pour le futur ?
Je n'ai aucun, je dis bien, aucun rêve de vie futur. Oui bien si : je rêve d'avoir des surprises. Et d'être très très heureuse. Bon ce n'est pas très précis, alors disons que je ne suis plus prise de tremblements quand j'entends le mot déménagement. Jérôme, si tu lis ces lignes ...

4 - Elle est comment ta culotte pref' de pref' ?
Ah, elle est magnifique ! On dirait la culotte de Rita Hayworth : bien haute en satin jaune avec du tulle couleur chair sur les côtés. Je l'ai aussi en vert, mais je préfère la jaune.

5 - Qu'est-ce-que tu adores dans ta vie (à part tes amis et ta famille) ? Que voudrais-tu, au contraire, y améliorer ?
C'est très petit bourgeois ce que je vais dire, mais j'adore qu'elle soit très confortable. J'adore ne pas avoir le sentiment de manquer, d'avoir besoin de quelque chose. J'adore avoir le sentiment d'être gâtée : d'aimer mon boulot, que ce boulot me laisse le temps de vivre avec ma famille comme je l'entends, que je puisse faire de la musique, tricoter et coudre... Bref, j'adore avoir cette chance là !

6 - Que veux-tu comme cadeau pour Noël ?
Noël c'est aussi mon anniversaire alors j'ai droit à un très gros cadeau. En ce moment, je rêve d'aller apprendre à faire du  fair isle aux îles Shetland.

7 - Quel âge as-tu le sentiment d'avoir ?
Ca ne veut RIEN dire pour moi. Pour être plus claire, à 20 ans j'étais en cure de chimio et à 40 je joue dans une fanfare avec un boa vert fluo autour du cou. J'ai l'impression d'être plus vieille que ma mère et parfois plus jeune que mes enfants. Mais 42 ans ça me va trèèèès bien.


8 - Dans quel lieu as-tu aperçu pour la première fois la personne dont tu es amoureuse ?
Chez mes parents. C'est un mariage arrangé.

9 - tu es plutôt thé, café ou chocolat au p'tit dej' ? (ou autre chose !)
Café. Le thé c'est parce que j'ai horreur de boire de l'eau.


10 - montre-nous la photo de tes dernières vacances qui te fait le plus rêver.

P1030389
Elle me rappelle juste de très très bon moments. Les promenades dans la campagne anglaise, les mûres, le vert partout

11 - Quel blog aimerais-tu voir renaître de ses cendres ?
Un peu tous en fait...

Mais pour rigoler, je tague Nathalie et Marie. Parce qu'elles n'ont rien d'autre à faire et que ce sont deux épouvantables glandeuses. Et Ktl, tu y as répondu aussi ? Et Faustine ?

Posté par athens à 12:10 - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 août 2014

English breakfast

Je vais la jouer message de rentrée : pour être en forme pour une longue journée d'école, c'est important de prendre un bon petit déjeuner. Ca tombe bien, j'ai une recette de granola absolument terrible. C'est une synthèse, que dis-je... une somme... des meilleurs granola testés all around the world. Le principe est simple, il y a d'un côté :

- les ingrédients secs : 350 gr de flocons d'avoine (ou flocons d'autres céréales) 125 de graines (au choix tournesol, courge, lin, sésame, pavot... je mélange un peu tout) 125 de fruits à coque (j'adore avec des noix... ou des amandes... ou des noisettes)

- les ingrédients liquides : 12,5 cl d'huile+12,5 cl d'eau+4 càs de miel+50 gr de cassonnade+2 pincée de sel+1 càc d'extrait de vanille+ épices (cannelle, noix de muscade, cardamome). On peut remplacer le miel par du sirop d'érable, l'eau par du jus de pommes.

Donc d'un côté, on a les ingrédients secs, que l'on va arroser des ingrédients liquides préalablement mélangés et chauffés. Il faut que les ingrédients secs soient "mouillés". Si cela vous semble un peu sec, rajoutez un peu d'eau ou de jus de pomme. C'est ce qui va permettre au granola de s'agglomerer et de faire des "boulettes".

Une fois que tout est bien mélangé, étalez le tout sur une plaque (ou deux, il ne faut pas que ce soit trop épais) et enfournez une petite heure à 150°. Remuez de temps en temps, pour que ce soit homogène. Une fois que c'est prêt, laissez refroidir et placez le tout dans une boîte hermétique. De toute façon, ça n'y reste jamais très longtemps... Allez, bon ap' et bonne rentrée !

20140829_173222

Je suis effondrée... Voilà ce qu'il reste de la dernière fournée...

A part ça, j'espère que vous avez passé de bonnes vacances et que la vie est belle. Tchüss !

 

 

Posté par athens à 17:20 - Commentaires [8] - Permalien [#]

25 juillet 2014

Mystique de la couture

J'aime bien avoir des révélations. Bon, j'exagère un peu, il faudrait plutôt parler de découvertes. Mais je manque un peu de mesure, et la moindre découverte prend souvent l'allure d'une révélation. Qui peut s'avérer mystique. Attention, ça peut toucher tous les domaines : la première fois où j'ai compris comment me servir d'aiguilles circulaires, la première fois où j'ai réussi une gênoise (ça c'était il n'y a pas très longtemps, je peux vous dire que j'étais un peu fiérote).

De ce point de vue, la couture est grande pourvoyeuse de ce genre d'expérience. Allez allez, je susi sûre que vous voyez de quoi je parle : souvenez vous de votre premier livre de couture japonais. De la première fois où vous avez compris comment monter correctement une manche. Où vous avez posé un biais d'encolure nickel... Et puis vous êtes devenue un peu plus exigeante. Moi, la dernière grande révélation, ça a été cet hiver quand j'ai réussi à me faire un manteau.

Mais bon un manteau, c'est un peu raide à porter en ce moment (rien que de l'écrire, je sue à grosses gouttes). A la recherche de petites robes à coudre pour l'été, je me suis rendue compte que 1- je ne trouvais pas grand chose qui me plaise dans les magasins (oui, je suis difficile !) 2- que je tournais un peu en rond avec les patrons. Hop hop hop pinterest, blogs, recherche hyyyyper poussée et... révélation : le salut c'est les patrons américains. C'est rétro, c'est féminin, c'est flatteur, c'est joli quoi ...

Voilà l'élue : c'est la robe peony de chez Colette patterns. Elle est top. Il y a des pinces, c'est ajusté juste comme il faut. Il y a des petites fronces à la taille. Bref, un coup de coeur.

P1030323

P1030318

Alors, oui, le tissu y est pour beaucoup... A St Michel au printemps, c'était un festival, et j'ai craqué pour cette petite soie légère soooo cacharel. C'est doux, c'est beau, c'est chouette ! Et vous, vous en êtes où de vos révélations couturières ?

Posté par athens à 11:18 - Commentaires [9] - Permalien [#]

21 juillet 2014

Juillet c'est guilleret

Y'avait bien juillet c'est l'pied, mais non... Et puis guilleret c'est vraiment pil poil le mood de ce mois de juillet 2014. Etonnant, plein de chouettes surprises avant le mois d'août qui s'annonce lui aussi plein de bons moments !

Juillet d'habitude, c'est tout cool. Je reste à la maison à ranger-jeter-trier les cours, à faire quelques travaux, à glander puissance dix avec les gnauds qui n'ont rien envie de faire, à part aller à la piscine ou acheter les fournitures scolaires... alors on reste à la maison, on fait des confitures et on attend que il professore soit libéré de ses obligations.

Là non. Paaaaaas du tout du tout. Déjà, je dois me rendre à l'évidence, les enfants grandissent, vivent leur vie avec leur meute de scouts jusqu'à la fin du mois (je suis à ce jour sans nouvelle de mon fiston depuis 12 jours, je pense qu'il est heureux...) ou vivent leur vie avec leurs cousins au far east. C'est là que ça devient intéressant, puisque leurs allées et venues m'ont conduite successivement aux eurockéennes de Belfort et à Paris...

Même si l'expression est un poil galvaudée, je ne dirai qu'une chose... C'était TROP bien ! Il y a eu... Les Eurockéennes, les pieds dans la boue. Paris, les pieds au plancher (mon dieu ce qu'on a pu marcher...). Paris avec Alice en fille unique, la grande galerie de l'évolution, le couscous à la mosquée, le jardin des plantes sous la pluie...

20140704_192758-2

Bref, nous sommes de retour à la maison avec une fille unique et très contente de l'être. Et puisque les vacances ne seraient pas vraiment des vacances sans travaux, nous nous sommes lancés dans -ça faisait longtemps- du décapage de plancher. Allez, j'y retourne, à très vite !

Pssst, juste une adresse à partager, si vous voulez vous faire un très très bon restau à Paris, je vous conseille très vivement Fish la Boissonnerie. C'est 69 rue de Seine, et c'est tout simplement divin !

J'oubliais. Je suis à la recherche d'un pull irlandais (mais soft, pas trop la fête de la torsade non plus) pour Raphaël (en 12-14 ans). J'ai évidemment craqué sur les modèles brooklyn tweed enfants, mais c'est trop petit, et j'ai la méga flemme de bidouiller quoi que ce soit. D'ailleurs, je tricote de moins en moins c'est une horreur. La faute au plancher ??? Allez, j'attends vos propositions;

Ah, des fois que ma soeur et moumouche trainent par là, le pull irlandais pour Raph, c'est une commande de sa part. Bande de vipères.

 

Posté par athens à 13:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]



Fin »