"Vingt dieux", exclamation franc comtoise pure cancoillotte qui marque l'étonnement, la déception, l'énervement, la surprise, bonne ou mauvaise... Donc :"vingt dieux", les filles vous me donnez vachement de bonnes idées, et c'est hyper gentil. Il va falloir que je trouve le temps d'aller courir en mangeant du chocolat en pleurnichant avec du Barbara dans les oreilles. Ca va pas être facile, mais je vais quand même essayer.

Le gros nuage noir est passé, et j'en ai une bien bonne à vous raconter. Dans la série des trucs qui me faisaient attendre le mois de juillet avec impatience, il y avait cette idée un peu dinguotte de retourner aux eurockéennes de Belfort. Je dis retourner comme on parle d'un pélerinage parce que la dernière fois que je suis allée y trainer mes guêtres c'était en 1993. Mais cette année, la tournée du professore à Besançon permettait de joindre l'utile à l'agréable. Je remue ciel et terre pour avancer quelques cours. Je prends des billets d'avion pour rejoindre tout le monde dans l'est. Et là, le drame...

Y'a pu' d'place aux eurockénnes. Wallouh, zobi !..

Je crois que je serais prête à renier beaucoup de mes principes moraux pour deux billets le vendredi 4 juillet. Je reporterais des mocassins à glands et un serre tête en velours. Je mangerais avec mes collègues en salle des profs. Je dirais du bien du voyage à Europa Beurk. Je participerais au repas de fin d'année et je lèverais mon verre de kir royal en dansant sur la compagnie créole (tékalékatam tékalékatam ohé ohé). J'arrêterais d'être méchante avec mes élèves, je serais d'accords avec les parents d'élèves et je dirais que non ce n'est pas normal de parler de la Bible en sixième. Je participerais aux tournois de ping pong dans la cour. Je ferais autant de visites de Bordeaux médiéval qu'on me le demandera, et si les élèves sont sages, je leur donnerais des bounty et des mars. Je suis prête... à tout j'vous dis !

N'empèche... j'ai bien les glandes. Je me sens... comme une ado de 14 ans qui tape du pied et VEUT aller au bal.
Un vrai bain de jouvance !
Alors si jamais vous voyez deux places qui trainent, vous savez quoi faire...