Ca fait très longtemps que je n'ai pas parlé du collège et des élèves... Il faut dire que c'est une année calme : pas d'inspection en vue, pas de section européenne, pas de voyage scolaire, pas de classe de monstres, bref, une année essstrèmement cool, si ce n'est ce petit détail : il faudrait que je me mette au Bulgare, parce que les élèves non francophones sont de plus en plus nombreux. J'ai appris un mot chic : "allophone" qui est venu rejoindre "cognitif", "compétence", "savoir être" ou "mutualiser".

Aujourd'hui, on a mutualisé à toc, puis qu'on a fait une sortie avec 50 troisièmes, pour une petite visite au château Labottière. Et c'est le propos du jour : j'adoooooore les sorties scolaires. J'ai l'impression d'être le père Noël. Je me rends compte à quel point ils sont grands quand ils marchent à côté de moi. Ce qu'ils parlent fort. Ce qu'ils sont jeunes. Ce que c'est dur de les faire monter à 50 dans le même bus. Ce qu'ils sont couillons. Ce qu'ils sont sympas. Ce qu'ils sont chiants...

Le château Labottière, c'est le lieu parfait. Une ancienne maison de campagnes 18ème, aux dimensions parfaites. Dès qu'on arrive, on se sent bien: c'est beau, c'est harmonieux. Cossu en diable. Et ce que j'aime, quand on part en sortie avec des élèves, c'est qu'ils sentent ça. Alors passé les ricanements devant l'installation de pots d'échappement, ils se détendent, ils s'éparpillent. En partant à la recherche des retardataires, je retrouve une élève, seule, assise dans un fauteuil en velours. Je rigole, et lui dis qu'elle a bien raison d'en profiter, elle a l'air un peu gênée, pense  que je suis fachée, puis, voyant que ce n'est pas le cas me dit "j'aime beaucoup ici, c'est calme et beau". Voilà ce que je suradore dans les sorties scolaires.

P1020880

Nuit, Claude Lévêque