Ces dix derniers jours ont filé à toute vitesse, et, entre deux décongélations je n'ai pas vraiment eu le temps de prendre de venir papoter avec vous !

Je devrais commencer par la recette de ces petits brioches roulées... je devrais, mais entre temps je suis passée ceinture noire de brioche tressée.

Je devrais vous raconter Paris, l'assemblée nationale et Kevin (qui n'est pas venu, il a laissé sa place à Ilies). Mais ça, ça risque d'être un peu long, et je risque d'être un poil lyrique. On attendra aussi...

Je pourrais vous parler du temps qu'il a fait. De l'effet du froid mes vieux os : ça me fait dormir. Vraiment dormir... ah, comment ça s'appelle cette maladie où on se met -paf ! comme ça- à dormir debout ??? C'est tout à fait ce qui m'arrive ! Comment ai-je pu survire à une enfance en Franche Comté ? Comment est-ce que je faisais pour traverser le pont Battant la nuit (ben oui, ça a bien dû m'arriver de rentrer sur le quai Veil Picard la nuit en hiver...) ??? Là, vous savez ce qui m'arrive ? Qu'est-ce que j'ai attrappé à Paris avec les fauves ? Des engelures aux pieds ! Je sais, je sais, on dirait une vieille qui parle de ses varices, je vous rassure tout de suite, je n'ai rien pris en photo. Tout simplement parce que c'est IMMONDE ! Pensez retraite de Russie. Pensez tranchées de 14-18 et pieds enrobés de papier journal dans les godillots gelés. Pensez Stalingrad... Vous y êtes. Tous les matins je vérifie pour voir si mes petits orteils ne sont pas tombés. Pas encore, ils sont couleur nez de poivrot. Non, ils sont quetsche, ça fait moins gore... Voilà, j'ai les pieds quetsche et c'est laid, mais laid... C'est pas demain la veille que je vais vous rencarder sur le vernis de l'été 2012.

A propos de ça, je pourrais vous parler d'envie de printemps, mais non. Je suis désespérémment en mode hiver. Je pulvérise mon record de consommation de patates... Et je sens que cette année encore je me ferai surprendre par le beau temps qui arrive toujours beaucoup plus tôt qu'ailleurs. Mon horloge biologique est restée bloquée sur la Normandie, où on commence à se dire qu'il faudrait arrêter de manger de la raclette au mois de juin. Mais il sera toujours assez tôt pour venir geindre le moment venu. Je le sais parce que mes collègues sont déjà au régime...

Je pourrais vous parler du Journal d'un corps de Pennac que j'ai dévoré ce week end, mais je crois que pour une fois, je vais me fendre d'une chronique en règle.

Je pourrais vous parler de l'exquise journée passée avec Moumouche et ma frangine, l'expo Sempé, le gueuleton à L'Enoteca, et la promenade dans Paris ... Mais je parle, je parle, et je m'aperçois que je vais devoir tout reprendre depuis le début !

002
Côté travaux d'aiguilles, Walnuss a bien avancé comme ne le montre pas la photo, et je viens de faire le truc le plus chiant de l'histoire du tricot : le double pleated edge, qui dans la famille des chiotteries interminables, se pose là !